• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 13 novembre 2008

12.11.08 Lakers 93 @ 86 Hornets

Posté par oztrak le 13 novembre 2008

Unstoppable

12.11.08 Lakers 93 @ 86 Hornets dans Recaps 32ae107108b85cba67404642beb54a40-getty-82994046cg004_los_angeles_l

Lakers – New Orleans ou deux des grands favoris au titre suprême en juin. D’un côté les Lakers qui cherchaient la perfection et de l’autre l’équipe de CP3 qui tentait de vraiment décoller en ce début de saison. C’est finalement les Lakers qui réussiront leur objectif puisque grâce à une victoire de haute voltige, leur bilan se porte désormais à 7 V – 0 D

Dans une ambiance de tous les diables, ce sont les locaux qui remportent le jump ball puisque Chandler prend le dessus sur Bynum. Mais ce dernier n’a pas l’air d’apprécier : hook de Chandler, block de Bynum pour la première action… Les Hornets sont prévenus. Et tandis qu’un intérieur de fait remarquer en défense, l’autre en attaque puisque c’est Gasol qui va marquer les 2 premiers points du match. Combiné à Radmanovic, ils vont inscrire les 7 premiers points pour leur équipe tandis qu’en face, les locaux se heurtent à une grosse défense et peinent à trouver la faille : durant 3 minutes rien ne va rentrer et ils vont commencer par un 0/6. C’est un shoot de West sur un assist, le premier d’une longue série, de Paul. Mais de l’autre côté, le petit meneur n’arrive pas à contenir Fisher et celui-ci va se régaler tout la soirée, surtout behind the arc. Les deux meneurs vont alors se livrer une belle bataille mais l’enfant du pays est bien trop esseulé dans ce premier quart-temps, la faute à une énorme défense ors et pourpres. Paul d’ailleurs qui va d’ailleurs se voir sortir suite à une faite technique et dès lors le jeu des Hornets va se montrer stérile, sans aucune rotation, les ailliers ne trouvant comme solution que de s’encastrer dans la raquette et se heurté à un Bynum très bon défensivement. Chez les Lakers, les benchers sont déjà rentré et plutôt bien d’ailleurs, apportant un énorme punch et notamment Farmar et Odom. Farmar va d’ailleurs conclure le quart-temps sur un 2 points on the buzzer, portant le score à 28 – 17 après 12 minutes.

27ac4a3b20e1736511d1f22388059e15-getty-82994046lm019_lakers_hornets dans Recaps

Pour débuter ce deuxième quart-temps, les Lakers vont passer un 10-2 aux hommes de Byron Scott grâce à une belle agressivité défensive et un jeu très rapide en attaque, comme les hommes du banc savent si bien le faire. De plus, les intérieurs sont bien présents puisqu’ils vont pouvoir capter énormément de rebonds offensifs et même si ceux-ci se terminent rarement par un panier, il a le don de fatigué les Hornets. Alors, il faut bien le dire, les locaux font preuve d’une certaine mal chance puisque rien ne veux rentrer. Gamelle sur gamelle, ce qui va apporter plus de frustration qu’autre chose. Alors Posey se défoule sur Odom, lui mettant le block shoot de sa vie.
Avec l’écart qui augmente petit à petit, les Lakers vont se déconcentrer, pas bien longtemps certes, mais assez pour pouvoir perdre une balle en 4 vs 1 sur un fastbreak. Alors ils vont commencer à ralentir le jeu, faisant preuve d’intelligence pour garder le cap. Et avec un Odom qui est meilleur chaque match, ça fait très mal ! Et lorsque l’espagnol Pau Gasol est sur le terrain, on ne se gène pas pour jouer sur lui, sans grande réussite toute fois. En face, CP3 est encore et toujours seul, trop seul. Pourtant il fait un excellent match, arrivant à isoler ses coéquipiers, se créant des bonnes positions de shoots grâce à ses dribbles déroutants mais la défense des Lakers est énorme : 51 – 30 à la mi-temps, les Lakers sont un cran au dessus. Pour quelques stats, les Hornets sont à 12/43 aux shoots dont 0/8 à 3 points. Par contre chez les Lakers, tous les joueurs montés au jeu ont déjà trouvé le chemin du filet.

Byron Scott ayant certainement poussé une gueulande dans les vestiaires, ses hommes se décident enfin à jouer… CP3 intercepte la première attaque des Lakers et marque facilement, Stojakovic comment à enquiller à 3 points grâce à la vision de jeu de son meneur : 4 assists en autant de minutes. Bref ça reviens fort : de -21 on passe à – 11 en 2.30 minutes. Les Lakers vont alors resserrer la défense, Bynum va s’imposer sous l’anneau et Fisher monte à nouveau son niveau, résultat l’écart augmente à nouveau. Et tandis que Stojakovic enquille, le meneur ors et pourpres, qui n’avait pas encore fait de grand match depuis le début de saison, lui répond sans grand problème. Et à 4 minutes de la fin du quart-temps, le meneur prend sa 4ème faute, ne pouvant plus alors se jeter à fond dans la bataille. Mais qu’importe, en équipe les Hornets vont réussir à empêcher les Lakers de marquer un panier de plein jeu dans les 4 dernière minutes, sans toute fois trouver la faille en attaque. L’écart s’étant alors stabiliser : 52 – 71 Lakers avant de reprendre le dernier quart-temps.

6641bef05577131a8073318b59c43b48-getty-82994046lm008_lakers_hornets

Et quel 4ème quart-temps ! Alors que plus grand monde y croit encore, les locaux vont revenir, petit à petit, jusqu’à recoller à 3 points à une minute 30 de la fin… Story. Tout avait pourtant bien commencé puisque Vujacic intercepte la balle sur la rentrée de début de quart-temps et provoque la faute de West. Mais derrière, la défense se laisse aller. Paul va alors faire éclater son talent, que se soit par des shoots ou des passes sorties de nulle part. Et le petit meneur va forcer les Lakers à se reprendre en mains, et très vite puisque l’écart est déjà réduit à 12 points alors qu’il reste 7 minutes à jouer. Côté offense, les Lakers s’en remettent à Kobe Bryant, avec plus ou moins de réussite puisque le MVP sortant peine à trouver la solution seule. Quoi qu’il en soit, l’écart se maintien puisqu’à 4 minutes de la fin, Posey va mettre un 3 points pour qu’il n’y ai plus que 11 points d’écart. C’est alors au tour de Paul de se mettre, pour la xième fois en valeur et faire vibrer toute une salle… – 7 avec 2.30 à jouer puis – 3 à 1.30 du buzzer final. Mais Kobe reste Kobe… Sur l’attaque d’près, il a la balle, Posey sur lui. Derrière la ligne à 3 points, il fait quelques feintes de départ, de shoot avant de prendre un shoot… SWITCH ! Bryant vient de sauver les Lakers… La dernière minute sera longue et pénible, avec de très nombreuses fautes des Hornets pour, au final, laisser la victoire aux Californiens : 86 – 93.

Alors, il y aura eu beaucoup de points positifs dans ce match. Si on oublie le dernier quart, les Lakers auront exercé une grosse défense, trouvant la parade contre tout le monde, hormis CP3 mais comme un joueur ne fait pas gagner un match à lui seul, l’objectif défensif est atteint. Offensivement, tout les joueurs montés au jeu auront scoré et les meilleurs marqueurs sont Bryant et Fisher avec 20 pions chacun. Une grosse présence inside de Bynum se sera fait également ressentir lorsqu’il était sur le terrain. Mais comme ça arrive trop souvent chez les Lakers, une déconcentration se fait ressentir lorsqu’ils croient le match acquis. Ce sera un des points à corriger, au plus vite. Mais ne boudons pas notre plaisir, la victoire est là et les lakers restent invaincus avec dans leur viseur le 11 – 0 de 1997 qui constitue le meilleur départ de la franchise.

a7402c2850f49446aa4fcfa2be66a750-getty-82993707cg002_atlanta_hawks

Kobe Bryant « J’ai juste voulu shooter sur sa tête, je savais que j’avais raison de tenter le coup. Je savais que Posey allait faire une grosse et dure défense sur moi. C’est pour ça que je reviens vers lui et que j’essaye de la tournée. Je savais que sa allait être un panier du à réussi parce que Posey était drapé sur moi. J’ai juste eu besoin de me concentrer sur le panier et d’essayer de mettre le ballon dedans. »
Derek Fisher « Je ne suis jamais surpris de voir Kobe réussi de telle chose. Il est l’un des rares hommes de l’histoire qui est capable de réussir des coups comme celui là. Mentalement il est capable de bloquer sur le panier, d’obtenir le ballon et de le rentrer. C’est ce qui le sépare de tous les meilleurs joueurs. «
Phil Jackson « Nous ne pouvons qu’approuver de la joie après une victoire comme celle-ci. Si nous finissons la saison comme nous l’attaquons, cela voudra dire beaucoup de chose. Il y a eu tellement d’équipes qui ont commencé par un super début de saison et qui ont fini très mal, et c’est une chose que nous voulons éviter, voilà pourquoi nous travaillons dur. «

20428c55e9892f1d7edf62b46dde93f0

 

Highlights:

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans NEWS, Recaps | Pas de Commentaire »